« Savoir ce qu’il y a derrière les ordinateurs qu’on utilise chaque jour»

Les éditeurs de logiciels attirent les jeunes, qui se retrouvent de plus en plus tôt au contact du numérique. Julie a choisi de faire son stage de 3e à NEOPTEC. Cette jeune femme discrète et appliquée nous livre son utilisation raisonnée de l’informatique.

 

On t’a sentie très impliquée, tu as réalisé plusieurs interviews au sein de l’équipe.
Mon père est développeur, mais je savais qu’il n’y avait pas que le développement dans une entreprise d’informatique, il y a beaucoup d’autres services qui fonctionnent autour. Nous avons beaucoup d’ordinateurs à la maison, avec une utilisation quotidienne… je voulais savoir ce qu’il y avait derrière tout cela, c’est très enrichissant.

 

Quel matériel informatique as-tu à la maison?
Ma mère m’a donné son ordinateur l’année dernière, quand elle s’en est rachetée un. Le soir, je regarde des vidéos ou je joue à des jeux mais il n’est pas très puissant. Nous avons un ordinateur commun à la famille, c’est celui de mon père. Il y a toujours quelqu’un dessus. J’y envoie notamment mes emails car je n’ai pas configuré l’accès à ma boîte depuis le mien. Mes frères ont chacun leur ordinateur portable qu’ils ont eu à leur entrée au lycée grâce à la région (La région Languedoc Roussillon offre un PC portable à tous les lycéens entrant en seconde, ndr). Les réseaux sociaux ne m’intéressent pas particulièrement, je n’ai pas de compte. Pour communiquer avec mes amis en dehors du collège, j’ai mon téléphone portable.

 

Et à l’école, dans quel cadre l’informatique est-il utilisé?
Seule ma professeure de mathématiques utilise un ordinateur et un vidéoprojecteur en classe. C’est également la seule qui demande l’envoi de devoirs par email, car nous réalisons des travaux sur Excel. Les professeurs, en général, demandent de rendre un travail manuscrit. De mon côté, j’utilise Open Office pour rédiger des présentations orales, c’est beaucoup plus pratique car si je commence à écrire sur des feuilles en papier, je m’y perds, c’est vite le bazar dans ma chambre.
L’an passé, en technologie, nous avons travaillé avec une société qui fabriquait des petits robots. Nous devions programmer le parcours que le robot avait à faire, en insérant les distances… C’était un peu ce que mon père fait, mais en beaucoup plus simple.